• Jeanne Mantelin 1743-1755

    Jeanne Mantelin se retrouve veuve, à 46 ans, avec cinq jeunes enfants : Marie, 13 ans, Etienne, 11 ans, Marguerite, 10 ans, Antoinette, 9 ans et Claude, 7 ans. Etienne, l'ainé des garçons, héritera du moulin, comme le veut l' usage, Marie épousera un laboureur de Véranne, Marguerite se mariera à Maclas, Claude se mariera et sera laboureur à St Pierre de Boeuf. Quand à Antoinette, pas de traces d'elle dans les registres des villages proches de Maclas.

     

    Jeanne prend la suite de son mari dans la gestion des affaires courantes, et nous avons vu, dans les articles précédents, qu'elle payait scrupuleusement les différentes quittances. 

    Elle fait tourner le moulin.  Nous retrouvons deux témoignages de l'utilisation du moulin pour le pressage des noix:   « Jeanne Mantelin a la faculté de presser des noyaux de noix et autres pour une année » 

     12 /12/1745

    Jeanne Mantelin 1743-1755

     

    30/12/1746

    Jeanne Mantelin 1743-1755

     

    Ainsi, le pressage des noyaux de noix ou autres, est soumis à une déclaration à la ferme générale et à une taxation. La ferme générale encaisse toutes les taxes, les droits de douane, dont ceux perçus aux limites de chaque province...Pour Maclas, le bureau de la ferme du roi est celui de St Julien Molette, et son receveur François Gavault

     

    Jeanne Mantelin 1743-1755

    Photo du pressage des noix  dans  un moulin du Lot ressemblant probablement à celui de Limonne, malheureusement détruit. 

     

    En juin 1747, Jeanne, malade, rédige son testament. C'est une fausse alerte, il lui reste 8 ans à vivre.

     

    4/2/1749

    Quittance, adressée à Etienne

    Jeanne Mantelin 1743-1755

    J'ai reçu d'Etienne Paret pour le                                                                         compte de Claude Paret, son frère                                                                                 la somme de 6 livres pour la part                                                                                 du conseil de l'acte que j'ai écrit                                                                                    pour lui  sans préjudice de ce qui                                                                                 m'est du par Antoinette paret leur                                                                          sœur. Dont le quitte à Maclas le                                                                                    4 février 1749. Coppin.

     

     

    11/5/1749

    Quittance, adressée à Jeanne

    Jeanne Mantelin 1743-1755

    Jeanne Mantelin 1743-1755

    Jeanne Mantelin 1743-1755

    Jeanne Mantelin 1743-1755

    Jeanne Mantelin 1743-1755

     

    « Pierre Dalud vigneron de la Viale et de son autorité Jeanne Gorand sa femme ont reçu de Jeanne Mantelin 70 livres dont elle s'est reconnu débitrice de Jeanne Gorand en son contrat de mariage avec Dalud.  »

    Jeanne Gorand est la nièce de Jeanne Mantelin (fille de sa sœur Françoise). Elle s'est mariée le 16 aout 1747, et, dans le contrat de mariage, Jeanne Mantelin s'est engagée à verser 70 livres à sa nièce, ou plus exactement à son mari, Pierre Dalud, puisque les femmes dépendaient de leurs maris, à cette époque.

    L'acte est signé de Jean Claude Jeury lieutenant du juge de la juridiction ordinaire de la baronnie de Maclas, de Jean Claude Jeury, son fils. Le témoin Montagner, tailleur d' habit ne sait pas signer.

      

    1/10/1755

    Quittance, adressée à Jeanne

    Jeanne Mantelin 1743-1755

     

    J'ai reçu de la veuve de floris paret une

    poule à compte pour droit d'élevage(?)

    qu'elle doit au château du Buisson

    sans préjudice d'autres droits. Le 1er octobre 1753

    Gombaud ?? le Marquis de Maclas

     

    Est ce que le terme est bien élevage ? Peut être aurez vous une autre proposition pour ce mot pas très lisible. Les seigneurs percevaient bien le droit de paturage, mais rien ne prouve qu' ils s'octroyaient aussi un droit d' élevage.

    Quelque soit le droit, Jeanne « doit » au château du Buisson une poule. Ce château, situé à Maclas, lieu dit le Buisson, a presque été entièrement détruit par un incendie en 1831. Du temps de sa splendeur, la baronnie de Maclas étendait son pouvoir sur St Appolinard, Veranne , Roisey. Elle avait droit de haute et basse justice. Les chatelains étaient les marquis Labeau de Bérard.

     

     

     

    Le 20 novembre 1755, Jeanne décède. Nous nous interesserons prochainement à l' étude de son testament.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :