• La Commanderie,suite

    Après une pause de deux ans, le procès reprend entre Floris et la commanderie.

    La Commanderie, 1736-1784

    Le 15 Juin 1736, un court billet, rédigé par Pierre Chomel, informe qu' il va plaider. Pierre Chomel est notaire royal, procureur du bailliage de Bourg Argental. Le bailliage est un tribunal présidé par le bailli, représentant de l'autorité du roi. Pour faire plus ample connaissance avec Pierre Chomel qui croise régulièrement le chemin de Floris, précisons qu'il est alors âgé d' environ 54 ans, qu' il a eu onze enfants, ce qui n'a rien d'exceptionnel à cette époque. Il finira sa carrière à St Etienne.

     

    La Commanderie, 1736-1784

    Le 22 juin 1736, même genre de billet.

     

    Ensuite, plus de nouvelles des arriérages. Le Commandeur Claude Aubery meurt en 1738. Nous ne savons pas si son successeur a abandonné les poursuites , ou si Peyrard a du rembourser 29 ans d'arrierages, ou si un compromis a été trouvé. En tout cas, les Paret n'ont plus été inquiétés et tout est rentré dans l'ordre :Floris verse régulièrement la rente à la Commanderie, Chomel lui remet les quittances . La rente est payée en avoine, seigle et argent...

     

    Le 11/2/1740

    La Commanderie, 1736-1784

    Paiement des années 1737 et 1738

     

    Le 8/4/1741

    La Commanderie, 1736-1784

    Paiement de l'année 1740

     

    Flores meurt, en 1743, sa femme Jeanne Mantelin continue de verser la rente

    Le 25/7/1744 

    La Commanderie, 1736-1784

    Paiement des années 1742 et 1743

     

    En février 1745

    La Commanderie, 1736-1784

    Paiement de 1744

     

     

    Le 10/7/1753

    La Commanderie, 1736-1784

    Chomier n'a pas une belle écriture, mais là il se surpasse, c'est illisible.

     

    Jeanne Mantelin décède en 1755. Son fils, Etienne, lui succède. Il épouse, en 1758, Jeanne Marie Fovet.

    Est ce qu'il conservait moins les papiers que ses parents ? Avait-il cessé de payer la rente ?

    Il faut attendre l'année 1770 pour retrouver deux quittances. Elles sont signées Chomel, et son écriture ne nous fait pas regretter Chomier.

    La Commanderie, 1736-1784

    La Commanderie, 1736-1784

    Paiement des années 1767, 1768 et 1769

     

     

    La Commanderie, 1736-1784

    La Commanderie, 1736-1784

     Les paiements reprennent régulièrement, en 1771 et 1772 pour les année précedentes.

     

     

    31/7/1777

    La Commanderie, 1736-1784

    Quittance de 4 livres pour une vigne aux Andrivaux non payée depuis 1746 à la commanderie de St Georges

     1778

    La Commanderie,suite

     Paiement des années 1775 à 1778

     

    7/4/1781

    La Commanderie, 1736-1784

    Paiement des années 1767,1773

     

     

    5/4/1783

    La Commanderie, 1736-1784

    Paiement des arrerages de 1773

     

     

    La Commanderie, 1736-1784

    En 1784, le fermier général du grand bailly de Lyon a reçu d'Etienne Paret pour la rente de la commanderie de ST Georges du seigle, de l'avoine, une géline, 8 poulets... pour les années 1782, 1783 et 1784. Signé: Merge.

     

    Cet acte est le dernier : la révolution va abolir les privilèges que se sont octroyés les nobles et le clergé. Nous verrons apparaître d'autres impôts, d'autres taxes...

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :