• 3 juillet 1814

    Un prêté pour un rendu

    Un prêté pour un rendu

     

    Etienne Paret reconnaît devoir à Louis Blanc , voiturier, 400 francs qu'il promet de payer au 1er aout prochain.

    Cet emprunt a peut être servi à rembourser Mousset, puisque dans les jours qui suivent Brondelle a reçu d' Etienne, pour le compte de Mousset, 20 francs. (le 12 juillet)

     

    Sur le 1er billet, des années plus tard, le 1 janvier 1843, Marie Mousset reconnaît avoir reçu de l'héritier d'Etienne Paret 400F. 

     

    Dans l'arbre généalogique patiemment élaboré par mon frère, on trouve une Marie Mousset qui pourrait bien être la créancière : c' est une lointaine cousine d' Etienne.

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Ce début du XIX siècle est une période d'une grande instabilité politique : fin du 1er empire - 1 ère restauration, avec Louis XVIII - les Cent jours, come back éclair de Napoléon - 2 ème restauration, avec une succession de rois et de soulèvements .

    Mais, dans les campagnes, la vie continue, les institutions mises en place par la révolution fonctionnent, nos aïeux poursuivent leurs activités, nous laissent quelques écrits, et la situation se complique un peu, car, aux documents d' Etienne, le propriétaire des lieux, s'ajoutent ceux de son cousin Antoine. Dans ses actes de mariage et de décès, Antoine est présenté comme étant cultivateur aux Andrivaux. Le décryptage des archives nous éclairera sur la présence à Limonne de ces archives des Andrivaux, qui n'ont pas fait un grand trajet, les deux lieux étant situés à moins d'un km l'un de l'autre.

    Mais, dans un premier temps, restons avec Etienne. 

     

    Affaire des mariés Jeury Ravet 

    7 octobre 1810

    Vien quotidienne 

    « L'affaire contre les mariés Jeury/Ravet (ou Ravel) » s'étale sur plus d'une décennie mais les documents ne donnent pas d' explication sur la nature de cette affaire. Elle met en cause d'autres habitants de la commune de Maclas : Etienne Paret, Etienne Paret des Andrivaux, Antoine François des Andrivaux, E. Saignemorte des Jacquard . Un acte de frais a été déposé chez Courbon dont Jean Joseph Coppin tient quitte les créanciers

     

    31 mai 1826

    Vien quotidienne

    Ce billet précise que les plaignants sont des meuniers. 

     

    12 février 1832

    Vien quotidienne

    L'affaire se poursuit après le décès d'Etienne, puisque c'est son successeur qui paie à Coppin 1100F suite au jugement obtenu contre les mariés Jurie et Ravel

     

    Taxes sur le vin

    Vien quotidienne

    Vien quotidienne 

    1808: 2 reçus signés Villeneuve de la Recette de St Etienne, bureau de Maclas pour la vente de vin. Etienne a une activité diversifiée : meunier, viticulteur...

      

    Impôts et dettes

    Vien quotidienne 

    Etienne Paret de Limonne est invité à payer de suite les termes échus des impositions 1814 sous peine de contrainte . Ce message est suivi d'un avertissement : « évitez vous les frais ». Michel

     

    Vien quotidienne

    Apparemment, le 11 février 1814, Etienne a voulu s'éviter les frais, : « Reçu aujourd'hui ou le 23 septembre dernier acompte pour l'imposition que je paie pour le sieur paret dit Berard la somme de 41 Francs. Annonay. Soulier

     

     

     

    Vien quotidienne

    Vien quotidienne 

    Soulier payaient les impôts pour Etienne, mais il a fait des demandes infructueuses pour se décharger de cette contrainte et,le 18 avril 1815, il demande à M. Paret dit Berard, de faire les démarches nécessaires pour qu'il ne paye plus les impôts pour lui. Il demande également de payer « le courant et et l'ancien ». Annonay. Soulier

     

    1818

    Vien quotidienne

    Mémoire des sommes dues et remboursées à Jean Mellier. Non signé.

     

     

    1819

    Vien quotidienne

    Vien quotidienne

    Quittance pour la taxe foncière de terrains situés à St Jacques d'Atticieux en 1819 : 300 francs.

    Déjà, les rubriques étaient nombreuses...Une d'entre elle a été heureusement supprimée : l'impôt sur les portes et fenêtres. Cet impôt a été créé sous le Directoire en 1798. L' idée paraissait juste : le nombre de portes et de fenêtres sont des signes extérieurs de richesse, et , autre avantage, la fraude est impossible, les agents du fisc pouvant compter les portes et fenêtres de la rue. Cet impôt devant être provisoire, le gouvernement français réhabilite à cette occasion le nom ancien d'impôt au lieu du nom plus convenable de « contribution » introduit par l'Assemblée Constituante dix ans plus tôt. Il ne sera aboli qu' en 1926. Ses conséquences ont été assez désastreuses : des fenêtres ont été murées, les nouvelles constructions avaient peu d'ouvertures et étaient insalubres. Cet impôt a été regrettable d' un point de vue artistique également :les meneaux qui partageaient les belles fenêtre renaissance en petits carreaux ont été détruits, chaque carreau était compté comme une fenêtre.

     

     

    22 février 1820

    Vien quotidienne 

    Un acte barré rageusement, particulièrement la signature...

    Etienne Paret s'engage à payer à Jean Louis Chardon propriétaire aux Andrivaux, à sa 1ère réquisition, 900 francs qu'il lui a prêté, plus 5% d'intérêt.Maclas.

     

    1824

    Vien quotidienne

    3 reçus du percepteur Jorraud pour l'année 1824 : 10F le 4 mai, 10F le 8 aout et 22F le 28 septembre

     

     

    6 mars 1825

    Vien quotidienne 

    reçu du percepteur Jorraud pour l'année 1825 : 30F

     

    3 mars 1826

    Vien quotidienne

    Vien quotidienne

    Vien quotidienne 

    Pierre Paquet et son épouse Marguerite Paret, demeurant à Maclas ont reçu d'Etienne Paret, frère et beau frère 390F : 200F pour la femme Paquet, suite à un partage le 9 prairial an V(28/5/1797) et 190F d’intérêt en présence deLouis Blanc voiturier et Charles Blanc cultivateur. Le notaire est Bourette fils, qui succède à son père . Enregistré à Bourg Argental.

     

     

    Le 8 aout 1829, Etienne meurt. Sa femme, Louise Paquet, lui survit quelques années, jusqu' au 1 er février 1830. Ils n' ont pas de descendants, leur seul fils n'a vécu que quelques semaines. La transmission du patrimoine est primordiale et Etienne a tout prévu. Ses biens reviendront en nue propriété à son cousin Etienne Paret (le fils d'Antoine), et au fils d' Etienne, Antoine.

    Comme c' est facile de s' égarer avec ces Etienne et ces Antoine, voici une petite partie de l'arbre simplifié, avec uniquement les personnalités citées dans les archives, je prie les frères et sœurs de me pardonner.

    Vien quotidienne

     

     

     


    votre commentaire
  • Beaucoup de quittances d' impôts, dans les archives, mais d' autres documents sont intéressants pour les témoignages qu'ils apportent sur cette époque de grands bouleversements.

    26 avril 1795

    De la Livre au Franc

    Reçu d'Etienne Paret fils, de Limonne 101 livres 10 sols pour des ouvrages et fer : roues, pioches. J. Jury maréchal à Maclas

      

    30 mai 1803

    De la Livre au Franc

    reçu d' E Paret 10F 13 sous pour frais dus à Parret comme acquéreur.St Etienne. Signé Barrier

       

    Le 9 février 1806, Jeanne Marie Fovet, la mère d'Etienne, meurt. Etienne a alors 47 ans, il n'a pas d'enfant. Son unique sœur Marguerite a épousé Pierre Paquet, le 13 janvier 1789, et vit à Maclas.

     

     1806

    De la Livre au Franc

    Etienne Paret a déclaré que Jeanne Marie Fovet, sa mère décédée , a laissé pour ses héritiers Etienne et Marguerite Paret la somme de 370 livres, portée sur son contrat de mariage. Les Andrivaux.

     

    Mai 1807

    De la Livre au Franc

    Le chargé du recouvrement de M. Richard a reçu d'Etienne Paret 35 livres 15 sols 10 deniers  montant  des  frais  du  tribunal du district contre  Antoine et  Etienne Paret .  St Etienne- Le Limony 

    Etienne est le petit fils de Floris . Le frère de Floris, Etienne aussi, était meunier aux Andrivaux, Antoine est son petit fils. Donc Etienne et Antoine ont un lien de parenté. Antoine, deuxième fils d' Antoine, n'a pas hérité du moulin, qui est revenu à l'ainé de la famille, qui, sans surprise, se prénomme Etienne. En 1807, Antoine a 36 ans. En 1800, il a épousé Louise Bourrin, ils ont eu plusieurs enfants, dont Etienne, âgé actuellement de 3 ans.  

    Etienne et Antoine font peut être des affaires ensemble, puisqu' ils sont condamnés solidairement.  

     

    Le 6 mai 1807, Etienne signe une reconnaissance de dette à sa sœur Marguerite et à son beau frère Pierre Paquet.

    De la Livre au Franc

    De la Livre au Franc

    De la Livre au Franc

    De la Livre au Franc 

    Etienne Paret reconnaît devoir à mariés Paquet et Paret 1200 francs en monnaie sonnante livres tournois.Cette somme est payable dans le courant de l'année du décès d'Etienne Paret ou de celui de Louise Paquet, sa femme, si elle lui survit . En présence de J. Joseph Coupin, J. Louis Chardon, J. Baptiste Mallassagny. Le notaire est Bourette, notaire impérial. Enregistré àBourg Argental. Signé Benoit

    Bourette, après avoir signé notaire civil, signe maintenant notaire impérial. Depuis le 18 mai 1804, Napoléon est empereur, il se couronnera lui même le 2 décembre de la même année. Dans quelques années, Bourette devra signer notaire royal... Epoque mouvante...

     

    29 mai 1809 et 26 octobre 1810

    De la Livre au Franc 

    Etienne signe deux reconnaissances de dette 

    Bon pour la somme de 1500 francs qu'Etienne Paret promet payer à Jean Baptiste Barou à la Toussaint. 

    Etienne doit à Jean Pierre Paquet de Couroule, Roisey, 400 F qu'il rendra dans une année

     

    Octobre 1810

    De la Livre au Franc

    Etienne doit à Jean Joseph Coppin négociant à Maclas 318 francs qu'il promet de lui rendre le 30 décembre 1812 à 6% d'intérêt + Amende pour ne pas avoir fourni le papier timbré + timbre. Maclas.

     

    Etienne s'endette pendant quelques années. Par la suite, les archives ne nous livrent pas de nouvelles reconnaissances de dette, ni de relances, ni de compte rendu de procès. On peut donc supposer qu'il a eu un besoin ponctuel d' argent, pour des travaux peut être, et qu'il a remboursé les sommes empruntés dans les délais.

     

    Le passage de la livre au franc ne s'est pas fait instantanément. Dans les archives, le franc apparaît pour la 1ère fois en 1795, la livre pour la dernière fois en 1807. Ce n'est pas si simple de changer ses habitudes: en 1958 lors du passage au « nouveau franc » , certains ont continué longtemps à penser « ancien franc ». 


    votre commentaire
  •  

    1er janvier 1795

    Houleux

    Je soussigné Etienne Houilleux déclare que quoiqu' il

    soit dit dans le contrat de vente d'une terre et vigne

    que j'ai passé à jeune Etienne Paret propriétaire et

    habitant du lieu de Limonne, commune de Maclas

    ? Mr ? Notaire le 12 nivose dernier au

    prix de mille deux cent une livres. La vérité est

    que le prix raporte a celle de deux mille francs

    attendu que j'ai reçu du dit paret celle

    de huit cent livres dont je le quitte sans

    préjudice de la somme enoncé dans le

    passé contrat de vente et des intérets pour

    m'etre payé en conformité d'y celui

    fait a Annonay ce douze nivose an 3

    X a titre de reglement et de rectification

    Ce billet de rectification mélange allègrement les livres et les francs.  

     

    HouleuxSous l' ancien                             régime, la livre était   divisée en sous et en deniers. En 1793, la Convention Nationale décrète que la livre sera désormais divisée en décimes.

     


     

     

     

     

     

     

     

     

    Houleux

     

    Lorsque, en 1795, le décret instaurant le système décimal pour toutes les mesures est promulgué, le mot franc remplace le mot livre.

     

     

     Houleux

     

     

     

     

     

    Houleux

     

    En 1799, le Directoire enterre définitivement la Livre. Le Franc va lui survivre pendant 2 siècles, avant d' être, à son tour, détrôné par l'Euro.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Mais pour en revenir aux tribulations Paret-Houilleux, Etienne doit encore 1200 francs à Houilleux, sauf erreur de ma part.

     14 novembre 1806

    Houleux 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    au deux janvier prochain vous devrait

    tant de la presente annee que de la

    precedente 823 f en capital et interet

    Si vous pouvai me faire passer de suite

    agio et interet vous me ferai plaisir mais

    dans tous les cas soyez exact a l'echeance

    parce que je ????

    ??? et des agios de 12 a 15 pour

    cent pour ?? en cas de

    paiement vous ne me devrait

    plus que 500F pour ??

    Salut Houilleux

     

    Houilleux souffle le chaud et le froid : ça lui ferait plaisir d'être remboursé rapidement, mais , si ce n' est pas le cas, il procédera à une augmentation du taux d' intérêt.

     

    Quelques jours après, le 30 novembre 1806

    Houleux

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    On apprend que Houilleux est négociant. Etienne l' a remboursé d'un montant non précisé, mais il ne doit plus que 275F qu'il s'engage à payer dans les 2 ans, sans intérêts. La date limite est le 30 octobre 1808.

     

     

    30 ? 1808

    Houleux

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Etienne finit de rembourser ce qu'il doit « dont quitte et bons amis ». Voilà une histoire d'argent, commencée en livres, poursuivie en francs, qui se termine bien !


    votre commentaire
  • Etienne, nouvellement émancipé, signe ses premiers actes . La 1ère république, nouvellement instaurée , se met peu à peu en place. Parmi les priorités, elle doit résoudre les problèmes financiers de la monarchie et mettre en place un système de prélèvement de l'impôt plus égalitaire, objectif inscrit dans la déclaration des droits de l' homme et du citoyen :

    Art. 13. Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.

    Art. 14. Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée. 

    Le consentement libre à l' impôt s' apparentant à la fiction, les législateurs ont prévu des méthodes plus efficaces à l'encontre des récalcitrants : l' envoi de garnisaires à leur domicile. Le site du CNRTL, (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales) définit ainsi ces personnages, : «Agent qu'on établissait en garnison chez un débiteur pour garder les meubles saisis, chez les contribuables en retard pour les obliger à payer ou chez les parents d'un jeune homme qui ne s'était pas présenté à la conscription. »

     

    A partir de 1794, Etienne, consentant ou pas, s'acquitte de ses contributions. 

    Le18 décembre 1794

    Premiers pas 

    J'ai reçu du citoyen Etienne Paret fils de Limonne

    la somme de cent trente six livres 6 sols pour la proposition

    foncière mobiliaire et charges laquelle, remise déduite

    pour l'année 178 ? dont la

    présente quittance reçu et croix faite aux rolles

    ne font qu'un même emploi à Maclas le 28 frimaire 3ème année

    Coppin percepteur

      

    Etienne père meurt le 7 décembre 1796. A partir de ce moment, Etienne fils devient Etienne tout court. Il a 37 ans, pas encore d'enfant.

    Les quittances qui suivent sont des reçus d'impôts, signé Chana percepteur. Pour les voir, cliquez sur la date.

    9 mars 1797

    2 livres

     

    2 avril 1797

    52 livres pour les 6 derniers mois de l'an 4 et dépense locale de l'an 3 et l'an 4

     

    20 juin 1797

    17 livres 14 sols 3 deniers second 5ème de l'an 5. C' est Jeanne Marie Fovet qui paie.

     

    24 juin 1797

    A partir de cette date, le percepteur est Dumas

    7 livres 8 sols pour contribution foncière des 2 premiers 5ème de l'an 5 ou pour dépenses locales de l'an 3 et 4

     

    13 Aout 1797

    15 livres, 4 sols pour contribution foncière de l'an 4. Les reçus aux rolles ne font que le même emploi. Paret est appelé Berard.

     

    17 janvier 1798 

    6 livres 10 sols pour contribution foncière de 2 5ème de l'an 5 ou pour dépenses locales de ladite année

      

    Le terme d'impôt n'est pas employé, il est question de contributions foncières, de dépenses locales. Quel que soit son nom, il est payé plusieurs fois dans l'année, avec, parfois, un retard important, comme en témoigne la quittance suivante, du 19 janvier 1798:

    Premiers pas

    Ce billet , signé Jean Baptiste Magnard collecteur de la commune de St Jacques et d'un autre lieu inconnu, prouve qu' Etienne payait des impôts hors de sa commune. Etienne a payé 2 livres 6 sols onze deniers pour sa cotte de taille à payer sur la commune de St Jacques plus la somme de 3 sols un denier pour la part de la commune pour l'année 1790.

     

     

     

    Premiers pas

    La commune de Maclas n' a pas la patience, ou la négligence, de celle de St Jacques, puisque le 4 mars 1799, elle met en demeure Etienne et sa mère de payer les impôts de l'an 4 et le 3 de l'an 3.

    Le percepteur est à nouveau Pierre Chana, qui semble très zélé dans la collecte .

    Le garnisaire,  signataire de l'acte, est Pierre Roulet.

     

     



     

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique