• Le 19 juin 1743 Floris rédige son testament

    Le testament de Floris

    Le testament de Floris

    Au nom de dieu soit par devant le notaire royal

    Soussigné et présent les temoins cy apres nommes. fut present Fleury Paret

    meunier du lieu de Limonne, paroisse de maclas, lequel etant dans son lit malade neanmoins

    seing de tous ses sens parole memoire et entendement, ainsy qu'il est aparu audit notaire et

    temoins, a volontairement fait et dicté son testament nuncupatif et ordonnance de derniere

    volonte ainsy que s'en suis. premierement comme bon chretien il a fait le signe de la croix et

    recommandé son ame a Dieu , veux la sepulture de son corps dans le cimetiere de l'Eglise de maclas et quand a ses frais funeraires et œuvres pies il s'en raporte et confie a la discretion de son heritiere

    fiduciaire cy apres nommée esperant qu'elle y fera son devoir ; Donne et legue ledit testateur et

    par droit d'instruction particulière delaisse et resser a Etienne,Claude,marie,marguerite, et

    antoinette paret ses enfants et aux posthumes ou posthume dont jeanne mantelin est des

    present ou sera cy apres enceinte des œuvres dudit testataire a chacun leurs legitimes legues et droits

    a eux payable par ladite heritiere fiduciaire cy apres nommee lorsqu'ils se marieront ou auront

    atteind l age de vingt cinq ans . donne et legue le dit testateur et par meme droit d' instruction particuliaire

    delaisse et remet a ladite jeanne mantelin, sa femme tous les meubles meublants,or,argent,monnaye,

    titres,obligations,danrées,bestiaux,caves,tonaux,bennes,charrues,outils d agriculture et generalement

    tout ce qui peut etre reparti .meubles que ledit testateur se trouvera avoir pour en faire

    jouir et disposer par sa femme ainsy qu'elle jugera a propos, finalement donne et legue

    a tous ses autres parents et pretendants droits sur les dits biens, a chacun d'eux cinq sols

    pour tous droits de legitimes et pretensions qu' ils pouraient avoir et pretendre en ses biens

    a eux payables lorsqu'ils seront aparu de leur droit, et les exclcu du surplus de

    sur lesdits biens, au residu desquels et de tous et un chacun les autres biens du testateur immeubles

    qu il nous dessus donné ny legué donnera ni leguera cy apres .Il a fait prié, institué et

    nommé de sa propre bouche pour son heritiaire fiducionnaire a savoir ladite jeanne mantelin

    sa femme a laquelle il veut et entend tout fer a bien arriver et apppartenir, a sa charge

    pour elle de payer et acquitter ses dettes, legues œuvres pies et frais funeraires , de nourrir

    et entretenir ses enfants aux depens de son hoirie jusques a ce qu ils seront en etat de

    gagner leur vie et de remetre quand bon luy semblera a celui de ses enfants males

    nes ou a naitre qu'elle voudra choisir l'entiere hoirie en immeuble dudit testateur

    avec ses honneurs et charges et sans qu elle soit tenue d'en rendre aucun compte

    a l heritier qu 'elle instituera, et au cas que les enfants males vinsent tous a deceder

    en bas age et qu'il ne laisse que des filles, le testateur donne aussi pleine liberte

    a sa femme de nommer et instituer pour heritiere celle des susdites filles qu'elle voudra

    choisir a condition toujours que les males feront preferez aux femelles et qu'elle ne

    Le testament de Floris

    sera tenue de rendre aucun compte dont ledit testateur la designe et en fait des a present

    pour don et ? du reliquat au cas qu'on voulu luy obliger ou qu'elle y fut tenue de droit

    et ou il arriverait aussi que la dite jeanne mantelin vint a deceder sans avoir fait la

    dite remise il nommerait pour son heritier universel a savoir ledit Etienne

    paret son fils ainé car telle est la derniere volonte dudit testateur. a l'effet de quoy

    il sera revoqué et annulé tout autre testament, codicille, donnation,  anciennement

    qu'il pouvait avoir cy devant fait voulant et entend que le present son dernier

    testament soit seul vallable pour  tous. le meilleur moyen de droit que le testament

    nuncupatif et autre disposition de derniere volonte peuvent et doivent mieux valoir.

    fait dicté et passé au lieu de Limonne dans la maison du testateur a luy lu et relu

    au devant de son lit , lequel y a persisté le dixneuvieme juin mille sept cent quarante

    trois apres midi en presence de Jean Baptiste Chorin laboureur du lieu de Choree,

    d' Etienne Tranchand meunier, jacques saignimorte l' ainé ,laboureur ,tous deux du

    lieu des andrivaux, de françois Plasson ,andré Chardon et andré dervieu, laboureurs

    du lieu de Limonne et tous paroisse de maclas temoins requis ,desquels lesdits

    Chorin et Tranchand ont signé non le testateur ny autre temoin

    susnommes pour ne le savoir faire comme ils ont dit . ?somme suivant

    l'ordonnance signé a la minute chorin tranchand et jeury notaire Royal

    Controle a maclas le premier avril mil sept cent cinquante huit ?

    Ledit jour reçu cinquante quatre livres signe Cotton

    Expedie à l heritier par moy soussigné

    Jeury notaire royal

     

    La tournure des phrases est assez déroutante... En résumé, Floris désigne sa femme, Jeanne Mantelin, comme légataire universelle. Elle aura le charge de choisir, parmi ses enfants, le légataire universel, de sexe masculin si possible, féminin si tous les « enfants mâles » sont décédés. Si Jeanne n' a pas nommé d' héritier, Floris désigne Etienne, l'ainé des garçons, comme le veut l' usage.

    Jeanne, respectueuse des traditions, désignera Etienne lorsqu'elle rédigera son testament, quelques années plus tard, en 1747.

    Flores décède le lendemain de la rédaction de l'acte. Il est âgé d'environ 46 ans.  De ses 12 enfants, 5 sont encore en vie : Marie, 13 ans, Etienne, 11 ans, Marguerite, 10 ans, Antoinette, 9 ans et Claude, 7 ans.

     

    Nos lointains cousins vont se marier et rester dans la région : Marie avec Claude Tranchand, laboureur, en 1752, Marguerite, avec Etienne Révolon , drapier en 1756, Antoinette avec André Blanc, vigneron, en1759, Claude avec Marie Paret en 1765. Claude est domestique, vigneron et n'a pas de lien de parenté avec Marie Paret, son épouse. Quand à Etienne, il va hériter du moulin, et ce sera lui le personnage principal des articles suivants.

    Cet acte n'est pas l' original, mais une copie, datée du 1er avril 1758. Comme Etienne se marie peu de temps après, le 15 avril, le notaire  lui a certainement remis cette copie lorsqu'il a préparé le contrat de mariage.


    1 commentaire
  • Après la guerre, une période difficile commence pour les meuniers : ils sont nombreux, la consommation du pain diminue, les grandes minoteries industrielles se crééent et les petits moulins ne peuvent pas soutenir la concurrence... Dans les années 1920-1930, de nombreux moulins stoppent leur activité. La loi de 1935 fixe le « contingent », quantité maximale de grains que le meunier a le droit d' écraser. Il peut vendre tout ou partie de cette quantité : c'est le droit à moudre. Le meunier ne pouvant pas augmenter la quantité de grain à moudre , la loi de 1935 sonne le glas des petits moulins. Cette loi existe toujours, mais, compte tenu de l'intérêt croissant pour les moulins, elle a été aménagée et il est toléré de moudre une petite quantité de grains.

     

    En 1934, Etienne François est toujours à Limonne, comme en témoignent les deux actes suivants :

    11 novembre 1934

    Le dernier meunier

    Marie Paret, tante d' Etienne François, a reçu 1000 Francs de son neveu, provenant de la succession de ses pères et mères décédés. Si ce versement fait suite au décès de Fanny, elle serait morte à l'âge respectable pour l'époque de 92 ans.

     

    Le dernier meunier

    Le même acte que le précédent a été rédigé et le bénéficiaire est Etienne Antoine, oncle d' Etienne François, frère de Marie.

     

    Quand le moulin de Limonne a t'il cessé son activité ? Aucun documentde cette époque ne donne la réponse , mais les voisins ont apporté quelques informations. Le moulin a cessé son activité avant la 2 ème guerre mondiale. Après la guerre, le moulin a été loué et remis en service pour la fabrication de sabots, manches, râteaux… Puis le propriétaire, Etienne François Paret, reprend son moulin et le fait tourner épisodiquement pour fabriquer de la farine de seigle pour les animaux (le contingent ne s' applique pas aux farines animales).

    Bien que marié deux fois, Etienne n'a pas eu d'enfants. Son frère et sa sœur, non plus. Etienne n'a surement pas fait de testament pour léguer son domaine à un cousin éloigné, aussi, à son décès , en 1983, le bâtiment est vendu. Malheureusement, les acquéreurs ne gardent pas les pièces du moulin et les précieuses archives sont sauvées de justesse. Ces propriétaires revendent le moulin à une personne respectueuse du passé, et M. Dumas, l' historien de Veranne qui avait récupéré les archives les lui remet. Maintenant, c'est une proche voisine qui en a la garde, et qui les met aimablement à notre disposition pour les photographier. Le moulin a une nouvelle fois changé de propriétaire, en 2015.

     

    C'est la fin de l'histoire du moulin et de cette branche des Paret. Mais ce n'est pas la fin de la transcription des archives : il reste encore un petit carton de documents non classés à photographier, et, je l'avoue, quelques actes particulièrement difficiles à déchiffrer que j'ai mis de côté. A suivre, donc...

     

     


    votre commentaire
  • 11 novembre 1918, l' armistice est signée. A Maclas, comme dans toutes les communes de France, des familles sont endeuillées. Trente et un soldats sont morts pour la France , d'autres sont morts plus anonymement, comme Louis, peut être des conséquences de la guerre.

     

    Au moulin, Sylvie a fait face, s'occupant du moulin, des terres et d' Etienne François. Comme profession, elle déclare ménagère .

    En 1925, elle fait l'acquisition de 2 petits terrains qui jouxtent sa propriété :

     

    5 avril 1925 :

    Sylvie Lhoste

    Sylvie Lhoste

    Sylvie Lhoste

    Sylvie Lhoste

    Sylvie Lhoste

    Sylvie Lhoste

    Le couple Gay vend une parcelle de terrain de 80m², pour la somme de 100F. Le notaire est Quereyron, de Maclas.

     

    9 décembre 1926

    Sylvie Lhoste

    Sylvie Lhoste

    Sylvie Lhoste

    Sylvie Lhoste

    Sylvie Lhoste 

    Le couple Boucharny-Vallot vend une parcelle de 100m² pour la somme de 100F. Le notaire est toujours Quereyron, de Maclas, qui a investi dans une machine à écrire depuis l' acte précédent.

    Le nom de Vallot vous interpele, bien sûr. Antonia Vallot est la jeune sœur de Louise Eugénie Vallot, la 1ère épouse de Louis. Elle est née à Maclas, le 3 octobre 1886.

     

    25 avril 1929

    Sylvie Lhoste

    Sylvie, malade, rédige son testament. Elle lègue tout ce qu' elle possède à Etienne François, sauf son mobilier dont va hériter sa sœur, au Puy.

    L' en-tête de la feuille de rédaction du testament me rappele les registres pour touristes qu' il faut remplir dans les hôtels de certains pays étrangers.

     

    Est ce que Sylvie était vraiment à l'agonie ? Elle était âgée de 63 ans, en 1929. C'est le dernier acte signé par Sylvie retrouvé dans les archives.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • A la suite du décès de Louis, sa seconde épouse, Sylvie Lhotse, gère les affaires et élève son beau fils Etienne François, né en 1907. Etienne François a un oncle, Antoine Etienne, appelé couramment Etienne, célibataire, demeurant à Serrières, et une tante, Marie, épouse de Michel Chatain, boucher à Serrières.

    Les archives de la période de l'enfance et de la jeunesse d' Etienne François sont, comme souvent, constituées essentiellement de quittances. Toutefois, au hasard des actes, il est possible de glaner quelques informations plus personnelles.

     

    15 avril 1916

    Jeunesse d'Etienne François

    Garnier père, de St Jacques d' Atticieux, a reçu 58 Francs de Mme Louis Paret pour du blé vendu à Louis.

     

    21 Juin 1916

    Jeunesse d'Etienne François

    2 reçus de contributions directes : 204,54F et 20,71F

     

    31 juillet 1916

    Jeunesse d'Etienne François

    Ce billet nous apprend que le petit Etienne François a pour tuteur son oncle Etienne, le frère de Louis. A partir de maintenant, c' est Etienne qui va rembourser les emprunts de Louis. Les femmes devront attendre encore quelques années avant d' être considérées comme des êtres majeurs capables de se passer de tuteur pour leurs enfants, en cas de veuvage.

    Etienne rembourse 1000F à la veuve Roué, d'une obligation passée par Louis.

     

    10 aout 1916

    Jeunesse d'Etienne François

    Une quittance de François Jean, cultivateur à St Pierre de Boeuf. Etienne, tuteur, rembourse 447 F, pour solde de tout compte. Fanny avait déjà remboursé 100F le 21 novembre 1913, et Louis 100F le 10 mars 1914.

     

    27 aout 1916

    Jeunesse d'Etienne FrançoisI

    Une quittance, non signée, pour 535 F, solde de tout compte, payés par Etienne, tuteur, et meunier à Limonne. Etienne, qui était à Serrières, a repris son métier de meunier à Limonne.

     

    27 aout 1916

    Jeunesse d'Etienne François

    Mme Caillet Joseph a reçu de Madame Paret Louis 52 F pour les années 1915 et 1916. J'avoue ne pas avoir très bien saisi de quoi il s'agit, si quelqu' un a une idée, merci de m' en faire part.

     

    24 septembre 1916

    Jeunesse d'Etienne François

    Reçu 43F pour service de quarantaine. Le service de quarantaine est une messe dite à l'intention d'un mort, une quarantaine de jours après son décès.

     

    19 décembre1916

    Jeunesse d'Etienne François

    Jeunesse d'Etienne François

    Un reçu très précis, de Feuillet, ancien notaire. Etienne, tuteur, rembourse le capital et les intérêts des sommes empruntées par Louis et Eugénie Valot en 1911 : 1050 F de capital et 380 F d'intérêts.

     

    23 février 1917

    Jeunesse d'Etienne François

    Une quittance de Mantelin, pour 150 F, solde de tout compte, payés par Etienne, tuteur.

     

    28 mai 1917

    Jeunesse d'Etienne François

    Une quittance de Jean Buisson, pour 179,38 F de blé, payé par Etienne, tuteur. Ce blé a été livré en 1910, Jean Buisson est compréhensif, et a patienté 7 ans avant d'être payé.

     

    15 juillet 1918

    Jeunesse d'Etienne François

    Une quittance de 600F de Michel Chatain, boucher à Serrières pour remboursement d'un prêt de 2012. Payé par Etienne, tuteur. Michel Chatain est le beau frère d' Etienne, il a épousé Marie Paret le 17 octobre 1911.

     

    19 mai 1919

    Jeunesse d'Etienne François

    Jeunesse d'Etienne François

    Jeunesse d'Etienne François

    Jeunesse d'Etienne François

    Jeunesse d'Etienne François

    Jeunesse d'Etienne François

    Jeunesse d'Etienne François

    Un nouvel acte signé par Michel Chatain, boucher à Serrières,vendeur, et Antoine Etienne Paret : dans un inventaire à la Prévert, le mobilier vendu a été listé et valorisé avec précision. Le total s'élève à 561F . Antoine Etienne disposera des biens au décès de Michel Chatain. L'acte a été passé chez le notaire James Chomel, à Annonay.

    C'est le dernier acte signé par Etienne à Limonne. Les actes suivants datés de 1925, sont signés par Sylvie Lhoste, la veuve de Louis.

    Michel Chatain décède en 1925. Antoine est décédé à Serrières en 1947, mais nous n'avons pas d' indication de sa date de retour dans le village.


    votre commentaire
  • Nous avons quitté Louis, mettant de l'ordre dans les finances familiales.

    Il s'intéresse à la succession de son père, et demande au notaire Dufaure de Citres d'Annonay, quelques renseignements. Le notaire lui envoi le document ci dessous le 6 octobre 1903:

    Louis: une vie trop brève

    Louis: une vie trop brève

    Louis: une vie trop brève

    C'est le texte de la donation faite par Etienne père à son fils Antoine Etienne lors de son mariage avec Mlle Boissonnet.

    Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes : le mariage est agréable au père, et le fils accepte avec reconnaissance la donation. On le serait à moins ! Il reçoit, à titre de préciput et hors part, le quart des biens présents : meubles, immeubles, et un quart des biens qui composeront la succession.

    Le père et les futurs époux s'engagent à vivre en commun et exploiter ensemble le domaine. Toutefois, il est prévu des arrangements au cas où la cohabitation cesserait. Seul bémol, Le fils « devra supporter sur les dettes... une somme de deux mille Francs ». Somme qu'il remettra plus tard à son frère Louis lorsque ce dernier se sera lancé dans l' opération de remboursement des dettes.

    Antoine Etienne n'est pas resté à Limonne, et le domaine a été exploité par Louis. Toutefois , des actes ultérieurs mentionnent qu' Antoine Etienne est revenu à Limonne où il a repris le métier de meunier.

     

    18 janvier 1906

    Louis: une vie trop brève

    Louis: une vie trop brève

    Louis: une vie trop brève

    Louis: une vie trop brève

    Louis: une vie trop brève

    Louis épouse Marie Louise Eugénie Vallot, de Roisey, et les jeunes mariés signent un contrat de mariage.

    La mariée apporte 3400 Francs , le marié lui donne l' usufruit d'une partie de ses biens, au cas où elle lui survivrait.

    L'acte est signé par les mariés, le notaire Feuillet de Maclas et par des parents : Jean François Vallot, le père de la mariée, Fanny Paret, la mère de Louis, Marie Paret, sa sœur ,Vallot, Bourget, Mantelin.

    Louis est âgé de 33 ans, sa jeune épouse de 22 ans.

     

    L'année1907 se termine bien pour le couple, puisque le dernier jour de l'année nait le petit Etienne François.

     

    On a vu que Louis et sa femme remboursaient les emprunts des parents Paret, mais eux aussi ont eu besoin d'emprunter :

    2 mars 1911

    Louis: une vie trop brève

    Les 2 billets sont à l' ordre de Feuillet, ancien notaire, et concernent des actes passés par Feuillet lorsqu'il était encore en activité.

    Le 1er est de 1050 Francs, et il a été payé quelques années plus tard.

    Le 2ème est de 2000 Francs, et fait double emploi avec un acte signé en 1913.

     

    12 mars 1911

    Louis: une vie trop brève

    Louis: une vie trop brève

    Quittances pour des petites sommes restant dues des emprunts des parents Paret.

     

    9 mars 1912

    Louis: une vie trop brève

    Louis: une vie trop brève

    L' extrait du livret de famille de Louis, nous apprend que son épouse est décédée.

     

    27 octobre 1912

    Louis: une vie trop brève

    2 billets, dans lesquels Louis s'engage à payer à Feuillet 1000 Francs le 20 février 1913, sur les sommes qu'il a emprunté en mars 1911.

    Ces sommes seront payées en l'étude de Combe, à Maclas. Ces deux billets sont tamponnés de Mas, de Condrieu.

     

    Louis se remarie le 29 avril 1913 avec Marie Sylvie Lhoste , de St Julien Chapteuil, en Haute Loire. C'est la 1ère fois qu'un Paret choisit une épouse aussi éloignée : St Julien Chapteuil est à environ 80 km de Limonne. Marie Sylvie est âgée de 37 ans, elle est fille d' agriculteurs.

     

    Mais, hélas, la guerre est déclarée, et le 1er aout 1914, l'ordre de mobilisation générale est proclamé. Louis est rappelé.

    Louis: une vie trop brève

    Louis: une vie trop brève

    Louis: une vie trop brève

    Les archives militaires permettent de retracer sa carrière : il a fait la campagne d' Algérie, de 1894 à 1897. Il est rappelé à l'activité par ordre de mobilisation générale , et rejoint le 102ème régiment d'infanterie le 21 septembre 1914. Puis, il passe au 14 ème escadron du train le 25 aout 1915. Ensuite, il est détaché en usine et décède à l’hôpital de Saint Etienne le 18 décembre 1915.

    Louis: une vie trop brève

    La raison officielle de sa mort est la maladie. Il a alors 42 ans. De son 1er mariage il a un fils, Etienne François, âgé de 8 ans.

    Comme de milliers d'autres femmes, Marie Sylvie va devoir prendre la relève et gérer le domaine.

    En cette année de commémoration, le très beau film de Xavier Beauvois, « les gardiennes », dépeint le dur travail de ces femmes, leur émancipation. L' horreur de la guerre est évoquée. Ce film est certes un peu lent, mais les images sont belles et l'histoire émouvante. Et, bien sûr, comment ne pas citer le film d' Albert Dupontel « au revoir là haut », d'après le roman éponyme de Pierre Lemaitre. Un film dur, cruel, attachant.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire